Détecteurs de fumée : les français sont toujours en retard pour l’installation !

Alors que les communications, au sujet de l’installation du détecteur de fumée avant le 8 mars 2015, ne manquent pas, il semblerait que les français boudent le dispositif. Selon le F.F.M.I, 2 millions de logements sociaux n’en seront pas équipés d’ici 3 mois. Un nombre inquiétant, et un retard qui ne devrait pas être rattrapé avant l’échéance, toujours selon la Fédération Française des Métiers de l’Incendie.

L’installation d’un détecteur de fumée : une mesure sécuritaire qui pourrait épargner de nombreuses vies

Les français boudent le dispositif, pourtant l’installation d’un détecteur de fumée pourrait sauver de nombreuses vies. En effet, lors des incendies domestiques, la propagation est due à une absence d’alerte. Les dégâts causés, aussi bien humains que matériels, pourraient donc être épargnés par la mise en place d’un système performant.L’association des brûlés de France dénombre ainsi 1200 morts annuels, dont 600 tués lors d’un incendie. C’est d’ailleurs pourquoi, la loi rend désormais obligatoire la présence d’au moins un détecteur de fumée dans chaque logement. Ce DAAF doit être mis en place par le propriétaire du logement, et l’appareil doit être conçu en conformité avec les normes françaises ou européennes. Si aucune sanction n’est pour le moment envisagée, l’équipement du domicile doit faire l’objet d’une déclaration sur l’honneur, envoyée à votre assurance. Cette dernière pourrait prendre la liberté de réduire l’indemnisation des habitations non équipées d’un détecteur de fumée, et qui seraient victimes d’un incendie.

Qui sera touché par ce retard ?

Les résidents ayant un bailleur social seront les plus touchés par ce retard. La Fédération Française des Métiers de l’Incendie (F.F.M.I) estime ainsi que 2 millions de logements sociaux ne seront pas équipés avant le 8 mars 2015. Bien que les propriétaires du logement soient responsables de la mise en place, le F.F.M.I invite les particuliers à acheter et à poser le dispositif anti-incendie eux-mêmes. Un DAAF coûte une vingtaine d’euros à l’achat, et cette somme sera, bien entendu restituée aux locataires.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *